La phonologie parisienne à trente ans d’intervalle – Les voyelles à double timbre

Publikation: Bidrag til tidsskriftTidsskriftartikelForskningfagfællebedømt

Standard

La phonologie parisienne à trente ans d’intervalle – Les voyelles à double timbre. / Hansen, Anita Berit; Juillard, Caroline.

I: Journal of French Language Studies, Bind 21, Nr. 3, 11.2011, s. 313-359.

Publikation: Bidrag til tidsskriftTidsskriftartikelForskningfagfællebedømt

Harvard

Hansen, AB & Juillard, C 2011, 'La phonologie parisienne à trente ans d’intervalle – Les voyelles à double timbre', Journal of French Language Studies, bind 21, nr. 3, s. 313-359. https://doi.org/10.1017/S0959269510000347

APA

Hansen, A. B., & Juillard, C. (2011). La phonologie parisienne à trente ans d’intervalle – Les voyelles à double timbre. Journal of French Language Studies, 21(3), 313-359. https://doi.org/10.1017/S0959269510000347

Vancouver

Hansen AB, Juillard C. La phonologie parisienne à trente ans d’intervalle – Les voyelles à double timbre. Journal of French Language Studies. 2011 nov;21(3):313-359. https://doi.org/10.1017/S0959269510000347

Author

Hansen, Anita Berit ; Juillard, Caroline. / La phonologie parisienne à trente ans d’intervalle – Les voyelles à double timbre. I: Journal of French Language Studies. 2011 ; Bind 21, Nr. 3. s. 313-359.

Bibtex

@article{3690775b03874b2e88eb6a8faf9704cb,
title = "La phonologie parisienne {\`a} trente ans d{\textquoteright}intervalle – Les voyelles {\`a} double timbre",
abstract = "En fran{\c c}ais parisien, on parle depuis quelques d{\'e}cennies d{\'e}j{\`a} d'un changement affectant le syst{\`e}me des voyelles dites {\textquoteleft}{\`a} double timbre{\textquoteright}. Ces voyelles comptent quatre paires (/e/-/¿/ comme dans parl{\'e}-parlait, /{\o}/-/{\oe}/ comme dans je{\^u}ne-jeune, /o/-/¿/ comme dans saute-sotte et /¿/-/a/ comme dans m{\^a}le-mal). La diff{\'e}rence interne dans chaque paire peut s'exprimer comme une distance physique plus ou moins grande sur le lieu d'articulation, les autres traits restant constants (diff{\'e}rence d'aperture pour les trois premi{\`e}res, diff{\'e}rence en termes de post{\'e}riorisation de la racine de la langue vers le pharynx pour la derni{\`e}re), ce qui explique partiellement pourquoi elles sont souvent r{\'e}unies dans les descriptions traditionnelles du fran{\c c}ais standard: elles consistent toutes d'une voyelle avec un timbre ferm{\'e} et d'une voyelle avec un timbre ouvert. Elles partagent, en outre, certains principes de distribution allophonique dans les cas o{\`u} elles ne forment pas de paires minimales (par exemple pour /{\O}/, /O/: uniquement le timbre ferm{\'e} en finale absolue). Depuis l'enqu{\^e}te de Martinet en 1941, qui avait la forme d'une auto-{\'e}valuation de la part de 250 informateurs adultes de Paris et de la France du Nord (questions du type: {\textquoteleft}Prononcez-vous de fa{\c c}on identique p{\^a}te et patte ?{\textquoteright}, Martinet, 1945 [1971]), et les enqu{\^e}tes successives {\`a} m{\'e}thodologie semblable de Reichstein (1960) (sur 556 {\'e}l{\`e}ves, {\^a}g{\'e}es de 13 {\`a} 15 ans) et de Deyhime (1967a, b) (sur 500 {\'e}tudiants de la Cit{\'e} Universitaire {\`a} Paris), nous avons des preuves que de moins en moins de Parisiens font la distinction entre les deux /A/. Martinet (1969) a fait la synth{\`e}se de ces trois enqu{\^e}tes. D'autres {\'e}tudes, se servant d'analyses phon{\'e}tiques auditives, ont confirm{\'e} ceci et ont {\'e}largi l'observation: les /E/ sont {\'e}galement touch{\'e}s. Dans leurs enqu{\^e}tes parisiennes, L{\'e}on (1973), Peretz (1977a), Peretz-Juillard (1985) et Landick (1995) ont not{\'e} des timbres interm{\'e}diaires l{\`a} o{\`u} on s'attendrait {\`a} une distinction entre timbre ferm{\'e}, /e/, et timbre ouvert, /¿/. Les deux derni{\`e}res paires de voyelles sont probablement concern{\'e}es aussi, mais {\`a} un moindre degr{\'e}: selon le t{\'e}moignage de Landick (1995), bas{\'e} sur des donn{\'e}es de la fin des ann{\'e}es 1980, l'opposition des deux /{\O}/ n'est stable que parmi les locuteurs ayant fait des {\'e}tudes sup{\'e}rieures, et l'opposition des deux /O/ est entam{\'e}e aussi, mais reste la plus forte des quatre.",
keywords = "Det Humanistiske Fakultet, parisisk udtale, {\aa}bne og lukkede vokaler",
author = "Hansen, {Anita Berit} and Caroline Juillard",
note = "Firstview article published online nov. 2010.",
year = "2011",
month = nov,
doi = "10.1017/S0959269510000347",
language = "Fransk",
volume = "21",
pages = "313--359",
journal = "Journal of French Language Studies",
issn = "0959-2695",
publisher = "Cambridge University Press",
number = "3",

}

RIS

TY - JOUR

T1 - La phonologie parisienne à trente ans d’intervalle – Les voyelles à double timbre

AU - Hansen, Anita Berit

AU - Juillard, Caroline

N1 - Firstview article published online nov. 2010.

PY - 2011/11

Y1 - 2011/11

N2 - En français parisien, on parle depuis quelques décennies déjà d'un changement affectant le système des voyelles dites ‘à double timbre’. Ces voyelles comptent quatre paires (/e/-/¿/ comme dans parlé-parlait, /ø/-/œ/ comme dans jeûne-jeune, /o/-/¿/ comme dans saute-sotte et /¿/-/a/ comme dans mâle-mal). La différence interne dans chaque paire peut s'exprimer comme une distance physique plus ou moins grande sur le lieu d'articulation, les autres traits restant constants (différence d'aperture pour les trois premières, différence en termes de postériorisation de la racine de la langue vers le pharynx pour la dernière), ce qui explique partiellement pourquoi elles sont souvent réunies dans les descriptions traditionnelles du français standard: elles consistent toutes d'une voyelle avec un timbre fermé et d'une voyelle avec un timbre ouvert. Elles partagent, en outre, certains principes de distribution allophonique dans les cas où elles ne forment pas de paires minimales (par exemple pour /Ø/, /O/: uniquement le timbre fermé en finale absolue). Depuis l'enquête de Martinet en 1941, qui avait la forme d'une auto-évaluation de la part de 250 informateurs adultes de Paris et de la France du Nord (questions du type: ‘Prononcez-vous de façon identique pâte et patte ?’, Martinet, 1945 [1971]), et les enquêtes successives à méthodologie semblable de Reichstein (1960) (sur 556 élèves, âgées de 13 à 15 ans) et de Deyhime (1967a, b) (sur 500 étudiants de la Cité Universitaire à Paris), nous avons des preuves que de moins en moins de Parisiens font la distinction entre les deux /A/. Martinet (1969) a fait la synthèse de ces trois enquêtes. D'autres études, se servant d'analyses phonétiques auditives, ont confirmé ceci et ont élargi l'observation: les /E/ sont également touchés. Dans leurs enquêtes parisiennes, Léon (1973), Peretz (1977a), Peretz-Juillard (1985) et Landick (1995) ont noté des timbres intermédiaires là où on s'attendrait à une distinction entre timbre fermé, /e/, et timbre ouvert, /¿/. Les deux dernières paires de voyelles sont probablement concernées aussi, mais à un moindre degré: selon le témoignage de Landick (1995), basé sur des données de la fin des années 1980, l'opposition des deux /Ø/ n'est stable que parmi les locuteurs ayant fait des études supérieures, et l'opposition des deux /O/ est entamée aussi, mais reste la plus forte des quatre.

AB - En français parisien, on parle depuis quelques décennies déjà d'un changement affectant le système des voyelles dites ‘à double timbre’. Ces voyelles comptent quatre paires (/e/-/¿/ comme dans parlé-parlait, /ø/-/œ/ comme dans jeûne-jeune, /o/-/¿/ comme dans saute-sotte et /¿/-/a/ comme dans mâle-mal). La différence interne dans chaque paire peut s'exprimer comme une distance physique plus ou moins grande sur le lieu d'articulation, les autres traits restant constants (différence d'aperture pour les trois premières, différence en termes de postériorisation de la racine de la langue vers le pharynx pour la dernière), ce qui explique partiellement pourquoi elles sont souvent réunies dans les descriptions traditionnelles du français standard: elles consistent toutes d'une voyelle avec un timbre fermé et d'une voyelle avec un timbre ouvert. Elles partagent, en outre, certains principes de distribution allophonique dans les cas où elles ne forment pas de paires minimales (par exemple pour /Ø/, /O/: uniquement le timbre fermé en finale absolue). Depuis l'enquête de Martinet en 1941, qui avait la forme d'une auto-évaluation de la part de 250 informateurs adultes de Paris et de la France du Nord (questions du type: ‘Prononcez-vous de façon identique pâte et patte ?’, Martinet, 1945 [1971]), et les enquêtes successives à méthodologie semblable de Reichstein (1960) (sur 556 élèves, âgées de 13 à 15 ans) et de Deyhime (1967a, b) (sur 500 étudiants de la Cité Universitaire à Paris), nous avons des preuves que de moins en moins de Parisiens font la distinction entre les deux /A/. Martinet (1969) a fait la synthèse de ces trois enquêtes. D'autres études, se servant d'analyses phonétiques auditives, ont confirmé ceci et ont élargi l'observation: les /E/ sont également touchés. Dans leurs enquêtes parisiennes, Léon (1973), Peretz (1977a), Peretz-Juillard (1985) et Landick (1995) ont noté des timbres intermédiaires là où on s'attendrait à une distinction entre timbre fermé, /e/, et timbre ouvert, /¿/. Les deux dernières paires de voyelles sont probablement concernées aussi, mais à un moindre degré: selon le témoignage de Landick (1995), basé sur des données de la fin des années 1980, l'opposition des deux /Ø/ n'est stable que parmi les locuteurs ayant fait des études supérieures, et l'opposition des deux /O/ est entamée aussi, mais reste la plus forte des quatre.

KW - Det Humanistiske Fakultet

KW - parisisk udtale

KW - åbne og lukkede vokaler

U2 - 10.1017/S0959269510000347

DO - 10.1017/S0959269510000347

M3 - Tidsskriftartikel

VL - 21

SP - 313

EP - 359

JO - Journal of French Language Studies

JF - Journal of French Language Studies

SN - 0959-2695

IS - 3

ER -

ID: 33259959